Massage des bébés

S’occuper de son bébé, c’est le nourrir, le changer, le laver, le câliner, le regarder, le bercer, lui parler, le consoler…et pourquoi pas le masser?

Dans les familles hindoues, les nouveau-nés sont massés les douze premiers jours suivant leur naissance, selon des rituels religieux. De tradition ancestrale, ces massages sont enseignés aux mamans par des « femmes-sages ». Quels en sont les principes et les bons gestes?

Le massage du bébé commence dans le ventre maternel. Le toucher est l’un des premiers sens à se développer chez l’enfant, dès le quatrième mois de grossesse. Le foetus perçoit le liquide amniotique à l’intérieur de l’utérus qui, tapissé de membranes amniotiques, offre un contact très doux. Il ressent aussi les caresses et les pressions exercées sur le ventre de la maman, et vient s’y frotter avec délectation. La peau, équipée de nombreux récepteurs répondant à des stimuli, est un organe sensoriel qui permet de communiquer bien avant la parole. Au moment de la naissance, les fortes contractions de l’utérus massent le bébé, stimulant des zones précises, le préparant ainsi à son adaptation à la vie aérienne.

 

Massage d’un bébé

Les bénéfices du massage des nourrissons sont nombreux. C’est un temps tout à fait privilégié de tendresse, d’affection et d’amour, pouvant être une continuité de la vie intra-utérine. C’est bien plus qu’un moyen de relaxer ou de détendre son enfant. C’est un moyen de communiquer. Masser son bébé contribue à son développement. D’ailleurs, il est prouvé que les contacts corporels et les témoignages d’affection sont à la base d’une croissance saine et harmonieuse. Le massage peut soulager des coliques douloureuses, faciliter le sommeil et renforcer le système immunitaire. Le bébé apprend également à mieux connaître et appréhender les différentes parties de son corps. Il est plus à l’aise dans l’espace et dans ses mouvements.

Comment procéder ?

Choisir le bon moment, quand le bébé est détendu. Par exemple, avant le coucher, après un change ou le bain. Ne pas le masser juste après une tétée ou un biberon, s’il est fatigué, s’il pleure ou s’il a de la fi èvre. La maman ou le papa doit être disponible, oubliant quelques instants leurs préoccupations.

S’installer confortablement sur un matelas au sol ou sur un lit. Placer le bébé – idéalement nu – sur ses genoux ou devant soi, sur une serviette douce. Veillez à ce que la pièce soit suffisamment chaude. Attention aux courants d’air. Établir un contact avec l’enfant, lui signifier le projet. Bien s’huiler les mains avec une huile végétale ou un produit hypoallergénique sans parfum, ni huiles essentielles, ni parabène. Rechercher le plus de contact possible avec les mains bien à plat. Masser en profondeur car un massage superficiel excite. Dès que l’on a commencé le massage, ne plus lâcher l’enfant. Ce massage dure une dizaine de minutes. Continuer de parler à son bébé ou lui chanter des comptines. À la fin du massage, envelopper son bébé dans la serviette et le prendre dans ses bras avant de le rhabiller

Témoignage:

Hema, maman de Keira, 5 mois

« J’ai commencé à masser Keira lorsqu’elle a eu 2 mois. Elle était alors agitée et dormait mal. J’avais lu que les massages étaient recommandés pour les nourrissons. Et effectivement, lorsque j’ai commencé les massages, j’ai remarqué un changement chez Keria. Aujourd’hui, elle est plus détendue et fait pratiquement ses nuits. J’essaie de la masser tous les jours, c’est un moment très agréa ble pour nous deux, durant lequel elle gazouille. Je le recommande à toutes les mamans. »

Pour les cours, se référer au calendrier.

Article paru dans le magazine Essentielle,octobre 2011.

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *