Les pleurs du nouveau-né

 

Un bébé… pleure. Les nouveaux parents sont souvent étonnés devant ce petit être dont la puissance vocale semble contre dire son apparente fragilité. Pourquoi pleure-t-il ? Comment le soulager ?

Les pleurs des 1ers jours peuvent correspondre à l’adaptation du bébé à sa vie extra utérine. Durant sa vie fœtale, répondant exactement à ses besoins, le bébé se trouve
dans un milieu chaud et douillet, jamais seul, bercé par la voix et les mouvements de sa maman. Puis survient sa naissance, épreuve pour la maman mais aussi pour le bébé. Ses repères changent. Il découvre de nouvelles sensations, pas toujours agréables. La faim, le froid, les lumières vives, la pesanteur, les bruits violents ou le silence. Les pleurs sont un langage, c’est sa façon de communiquer.

Le bébé pleure le plus souvent parce qu’il a faim. Les pleurs s’accentuent,  devenant des
cris de rage, que seuls le sein ou le biberon arrivent à calmer. Il pleure s’il ressent un inconfort digestif, ayant trop tété. Un bébé peut pleurer en raison de coliques, qui s’accompagnent de gaz, et parfois de faux besoins. Elles sont dues à l’immaturité intestinale et disparaitront vers 3 mois.

Un bébé peut pleurer de fatigue, d’inconfort (mauvaise position, couches sales, changement brutal de position…) ou d’excitation (trop de bruits, trop de visite). De plus, jusqu’à 3, 4 mois, les pleurs du soir sont fréquents, pour ne pas dire inévitables et difficiles à calmer. C’est la dysrythmie du soir, signe de maturité cérébrale. Attention, le bébé peut pleurer dans son sommeil, lors de la phase de sommeil agité.

Enfin, il n’est pas anormal de ne pas comprendre, parfois, la raison des pleurs d’un petit. Progressivement, les parents apprennent à décrypter les pleurs pour mieux répondre au bébé.  Le besoin de proximité et de contact est essentiel. Prendre le bébé dans ses bras, mettre son doigt  dans sa main (reflexe de grasp), le ressembler en pliant ses jambes sur son ventre, favoriser un appuie plantaire, sont des gestes qui le rassurent et l’apaisent. Bercer le bébé ; lui parler doucement ; le faire réentendre des bruits connus, des musiques
douces. Une astuce est de positionner son bébé dans un porte bébé ou une écharpe contre soi. Ce qui permet une liberté de mouvement pour le parent.

Tous les bébés pleurent. Mais ce n’est pas définitif. Le sachant, les parents l’acceptent, sans toujours en comprendre la cause.  Ils acceptent aussi, de ne pas arriver à soulager ces pleurs instantanément. L’important est de se faire confiance ! Quand rien ne va plus, demander conseil ou en parler à quelqu’un, est déjà très réconfortant.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *