Préparer son corps à l’accouchement

 

 

La pratique d’exercices physiques pendant la grossesse est essentielle pour bien se préparer à l’accouchement, mais aussi pour mieux vivre sa grossesse.

Pourquoi se préparer physiquement pendant la grossesse ?

 

L’accouchement est une magnifique aventure. C’est aussi une grande épreuve physique pour le corps d’une femme donnant naissance à son enfant. Ce n’est pas une fatalité que subit la maman mais un moment intense, puissant, autant pour elle que pour son enfant. Alors, cela mérite de s’y préparer psychiquement, émotionnellement et physiquement. L’accouchement peut être comparé à un marathon au niveau de la dépense énergétique et comme toute épreuve sportive, il faut s’y préparer. Que les mamans non sportives ne s’inquiètent pas. Elles peuvent tout à fait bien accoucher si elles se préparent pendant la grossesse.

Faire des exercices physiques ne permet pas seulement de se préparer à l’accouchement, mais de mieux vivre la grossesse avec moins d’inconfort et de douleurs. Par exemple, cela permet de soulager des douleurs de sciatique ou des brûlures d’estomac.

A qui s’adresse cette préparation ?

 

Toutes les femmes enceintes doivent se préparer physiquement. Si elles choisissent une anesthésie péridurale, la préparation sera nécessaire pour le début du travail. Avec ou sans péridurale, il faut respirer. S’il y a une césarienne, ce travail corporel est aussi utile pour un bien-être, un acquis, pendant la grossesse et les suites de couches.

Les pères peuvent participer à cette préparation, en apprenant des massages, des postures à deux et les respirations. Ainsi, ils seront plus à même d’accompagner leur compagne le jour de la naissance de leur enfant.

En quoi consiste cette préparation corporelle ?

 

Il est important de :

Ressentir ce qui se passe dans son corps. Souvent, les femmes enceintes travaillent à temps plein, courent toute la journée, s’occupent des ainés et n’ont pas le temps de se détendre et d’être à l’écoute de leurs corps.

Respirer. Une femme enceinte respire pour deux. Les besoins en oxygène augmentent de 27%pendant la grossesse. D’où l’essoufflement, par exemple quand on monte des escaliers. La respiration est vitale le jour de l’accouchement pour le bébé. Elle aide à supporter les contractions utérines et améliore le travail de l’utérus.

Mieux connaitre son périnée (Apprendre à le contracter ou à le détendre). Masser son périnée le dernier mois de la grossesse. Ce massage permet de mieux connaitre cette zone de son corps, qu’il faudra détendre et éviter le reflexe défensif de fermeture au moment de l’accouchement. De plus, cela permet en l’assouplissant, en le détendant d’en préparer les tissus. Ce qui réduit les risques de déchirure lors du passage du bébé ainsi que la fréquence des épisiotomies.

-Mieux connaitre son bassin en améliorant par exemple sa mobilité. Cette découverte est nécessaire pour comprendre comment participer à son accouchement et accompagner son bébé le moment venu. Il ne faut pas oublier que la grossesse s’accompagne d’une imprégnation hormonale, qui assouplit naturellement tous les tissus.

Concrètement

 

Les exercices s’apparentent à du yoga, en exécutant des postures de base, assise, couchée ou à quatre pattes. Ces postures soulagent le dos, augmentent la souplesse ou aide à mieux gérer la contraction utérine et la poussé du bébé dans le bassin. Ils se font toujours accompagnés de la respiration et en douceur.

Le matériel nécessaire pourra être utilisé à la maternité comme un ballon ou des coussins.

Si la femme enceinte a des contractions, des douleurs de type sciatique ou tout autre problème pendant sa grossesse, il faut prendre l’avis de son médecin ou de la sage-femme avant d’entreprendre certains exercices.

Comment ?

 

Cette préparation corporelle peut se faire lors des cours de préparation à l’accouchement avec une Sage-Femme. Elle commence vers le 6eme mois de grossesse.

Les exercices sont refaits à la maison. L’entrainement est indispensable pendant la grossesse.

D’autres préparations peuvent y être associées, comme une préparation ostéopathique. Cela permet par exemple, d’éliminer les tensions dans le bassin, gênantes pour l’accouchement.

 

Dans la perspective de l’accouchement, la femme doit apprivoiser son corps pour découvrir son extraordinaire perfection. Il est important de se faire confiance et de persévérer.

De plus, le bébé, blotti bien au chaud dans l’utérus, le bassin étant comme son actuel couffin, est concerné par chaque mouvement et déplacement. Chaque exercice devient un moment de jeu et de tendresse entre la maman et son  enfant à venir.

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *